Visite guidée
de St-Jean-du-Gard
saint-jean-du-gard.com
facebook
saint jean du gard . com fait office de promotion du tourisme de St-Jean-Du-Gard en cévennes et de sa région: locations de vacances, gites, campings, hotels, restaurants, chambres d'hotes, animations...
Vous serez bientôt ^ ICI ^ clic droit, zoom avant, c'est mieux !
Hébergement Restauration Animations Histoire Patrimoine Nature Terroir Artisans Commerçants Associations Sites touristiques Nous localiser
Ne manquez pas de lire« EN REMONTANT LE COURS DU TEMPS... »un dossier passionnant sur l'histoire de Saint-Jean-du-Gard par Nelly Duret
  SAINT-JEAN-DE-GARDONNENQUE A LA VEILLE DE LA PERSECUTION RELIGIEUSE
  UNE HISTOIRE RELIGIEUSE TROUBLEE : entre persécution et révolte armée
Les biographies
  Maréchal de Thoiras
   
 
Visite guidée de Saint-Jean-du-Gard


visite de St-Jean-du-Gard - texte écrit et dit par Nelly Duret La Tour de l'Horloge, Place du Marché
La Tour de l'Horloge (I.M.H), ancien clocher roman du XIIIe est tout ce qui reste de l'église conventuelle construite par les bénédictins au XIIe .Elle fut détruite avec le cloître et les bâtiments monacaux par les protestants entre 1560 et 1562 en représailles aux exactions et pillages des troupes royales venues en Cévennes pour rétablir l'ordre et la religion catholique en extirpant l'hérésie. La Place du Marché, au pied de la tour est l'ancien cimetière qui jouxtait l'église.
A droite de la tour sur la façade de l'Eglise Libre se trouve une plaque à la mémoire du saint-jeannais Ruben Saillens. Ce grand prédicateur du Réveil est l'auteur de nombreux cantiques protestants et en particulier de la Cévenole, hymne consacré aux martyrs huguenots, véritable chant d'identité de la communauté cévenole.
Le pignon de cette chapelle fait apparaître une Bible ouverte typique des édifices protestants. Les "Eglises libres" sont nées en 1848. Elles n'acceptaient pas le concordat et refusaient la tutelle de l'Etat.
 
 
visite de St-Jean-du-Gard - texte écrit et dit par Nelly Duret l’Eglise Evangélique Libre

Aujourd’hui différentes églises protestantes cohabitent sur le lieu. On citera l’Eglise Protestante Unie, l’Eglise de Pentecôte, l’Armée du Salut et l’Eglise Libre qui se trouve devant nous.
Cette église est née après la Révolution de 1848 lorsque certains fidèles réformés demandent la révision du Concordat et la séparation de l’église et de l’Etat. Suite à cette démarche, l’église protestante connaît une scission avec la naissance de l’église Libre portée par les pasteurs Frédéric Monod et Agénor de Gasparin.
Ruben Saillens, saint jeannais dont la mémoire est évoquée à travers la plaque apposée sur la place fut un pasteur de cette Eglise Libre. C’est à lui qu’on doit les paroles de « La Cévenole », « chant patriotique et religieux » destiné à conserver la mémoire des persécutés pour leur foi. Ce chant a retenti pour la première fois en 1885, sur la Corniche à Saint Roman de Tousque.

la Maison du Vicaire

visite de St-Jean-du-Gard - texte écrit et dit par Nelly Duret la Maison du Vicaire
Derrière la Tour de l'Horloge, dans le plus ancien quartier de la ville, à l'angle de la rue Pasteur et de la rue Traversière se trouve une maison où logeait le vicaire et où se réunissait la communauté catholique pour célébrer la messe après la démolition de l'église et avant qu'une nouvelle ne soit construite, entre 1560 et 1685.
Sur le linteau de la porte sise rue Traversière, on remarque une croix et une date: 1567 rappelant la fonction d'édifice religieux de cette maison. Au cours de sa visite pastorale en 1663, l'évêque de Nîmes, Mgr Cohon écrit: " ledit lieu est fameux dans les Cévennes pour sa richesse, son étendue et sa beauté, la composition du bourg étant de cinq cents maisons qui font trois mille personnes ou environ, toutes de la religion prétendue réformée... Pour le nombre des catholiques, il est si faible et si petit, qu'il n'y a que dix-sept familles, toutes incommodées et dans l'extrême pauvreté. L'église ancienne, autrefois magnifique, est toute démolie, à la réserve du clocher... Le service divin se fait dans un lieu bas et indécent, au dessus duquel est logé le vicaire..."
 
visite de St-Jean-du-Gard - texte écrit et dit par Nelly Duret l'Hôtellerie Saint-Jacques

Le développement de la ville de Saint Jean de Gardonnenque, s’est poursuivi sur une rue unique, la Grand Rue, que nous allons couper. Cette voie commerciale suit le tracé l’antique route des Gabales. Renommée sous l’Ancien-Régime « Grand chemin public d’Anduze au Gévaudan », classée sous l’Empire comme « Route impériale » n° 107 elle est aujourd’hui connue sous le nom de route de la Corniche des Cévennes lors qu’elle attaque l’itinéraires montagnard au-dessus de la ville.
L’hôtellerie de Saint Jacques, aujourd’hui restaurant de l’Oronge, a été incendiée de même que le château, lors de l’occupation de la ville par les troupes d’Honorat de Savoie. Restauré, le relais va voir sa destination se modifier lors de la guerre des Cévennes puisqu’il devient le lieu de casernement des troupes royales d’occupation.
Entre 1683 et 1750"l'Hostellerie de St Jacques » servira de caserne aux grenadiers et aux dragons des régiments de Firmacon, de Froulay et de Hainaut. Ces troupes seront maintenues sur le la ville pendant soixante-dix ans exerceront une pression constante sur la population du bourg.

la Filature Maison Rouge
La Filature dite Maison Rouge
au 5 rue de l'Industrie
Dans ce quartier les noms de rue: Pasteur, de l'Industrie et Olivier de Serres rappellent l'importance qu'a eu la soie dans l'économie saint-jeannaise. La Maison Rouge construite en 1838 est la plus grande des nombreuses filatures de St-Jean-du-Gard. C'est aussi sans doute celle qui fut la plus aboutie d'un point de vue architectural et ornemental. On remarquera l'escalier monumental à double révolution et les clefs sculptées des archivoltes moulurées du niveau supérieur. Les grandes baies sont caractéristiques des filatures où un éclairage maximal s'imposait. Cette construction très soignée, finement décorée, symbolise bien la richesse que l'on attribue à la civilisation de la soie dite de "l'arbre d'or".
De 1957 à 1964 cette filature, équipée de matériel japonais, fut la dernière à fonctionner en France.
 

visite de St-Jean-du-Gard - texte écrit et dit par Nelly Duret En remontant la Grand'Rue...
Après le quartier des Bourgades derrière la Tour de l'Horloge, c'est le long du "grand chemin public d'Anduze au Gévaudan" que la construction du village s'est organisée. De nombreuses maisons de la Grand' Rue ont conservé leurs belles portes anciennes (des XVIIe et XVIIIe siècles), munies de leurs marteaux et entrées de serrures aux formes variées. On remarquera la maison n° 60 où mourut en 1810 le Général d'Empire Elie Lafont.
 

La Maison natale du Maréchal de Thoiras
Faisant angle de la Grand'Rue et de la rue Olivier de Serres, voici la maison où naquit Jean de Saint Bonnet qui fut baptisé le 4 mars 1585 et qui devint le célèbre Maréchal de Thoiras. Cette maison a conservé ses fenêtres à meneaux.
 

visite de St-Jean-du-Gard - texte écrit et dit par Nelly Duret Au 98 Grand'Rue: l'Hôtel du Chevalier d'Algues
Cette maison est un ancien relais d'affenage du XVIIe, l'auberge des "Trois Rois". Le musée occupe le rez-de-chaussée et en particulier ce qui était les écuries et remises des voitures, le tout construit en voûtes d'arêtes autour d'une cour intérieure.

Le musée proprement dit, d'arts et traditions populaires, est le témoin de la vie quotidienne de la Cévenne traditionnelle. Sur trame historique, les documents, photos, outils, objets domestiques, meubles,... racontent la vie rurale et artisanale. Parmi toutes les activités agricoles et villageoises évoquées ici, une place de choix est réservée au châtaignier et à la soie qui assurèrent l'existence de tant de générations de Cévenols.

Au 95 Grand'Rue:
le Musée des Vallées Cévenoles

l'Hôtel du Chevalier d'Algues

Derrière la belle porte du 98 s'ouvre un couloir donnant accès à une superbe cage d'escalier du XVIIe. Cet escalier monumental éclairé par un puits de lumière, muni d'arcs rampants et de balustres de stuc, donne accès à la poste et à l'office du tourisme, place Rabaut St- Etienne. Sur cette place, à l'angle du parking et face à l'intersection de la ruelle de Combedase et de l'entrée réservée aux PTT, on peut voir un des derniers tronçons de la rue "des Paillons" qui fut créé en 1704 par la construction d'un mur haut de 10 pans qui devait isoler complètement les maisons de St-Jean des terrains les jouxtant. En effet, chaque maison possédait, sur sa façade arrière, des portes et fenêtres qui permettaient de ravitailler les camisards après le couvre-feu et bien que toutes les portes de la ville fussent fermées.

Au n° 106 de la Grand'Rue, voici la maison des comtes Pelet de la Lozère, au 108 celle de Jacques-Josué Cardonnet, avocat, maire de St-Jean de 1789 à 1791 et Président du district du Gard en cette même année. Destitué, puis arrêté sous la terreur il fut exécuté à Nîmes le 15 germinal 1794.


On pourra remonter la Grand'Rue et admirer les vieilles portes jusqu'au n° 196, achevé à la fin du XVIII siècle par la famille Berthézène. L'un d'eux , Jean-Louis, fut maire de St Jean. Destitué en 1793, accusé de fédéralisme, il fut exécuté à Nîmes le 5 thermidor 1794. Son frère Jean-Pierre fut député du Gard à la Convention. Il fut membre du Conseil des Cinq-Cents puis du Corps Législatif.

En redescendant la Grand'Rue on prendra la rue de Brion pour aller à la place Carnot ou place d'Armes. Ce nom lui fut donné après l'occupation de St Jean par les Autrichiens en 1815.

 
visite de St-Jean-du-Gard - texte écrit et dit par Nelly Duret La rue des Paillons

Au fond de la place s’ouvre une ruelle qui fut utilisée comme chemin de ronde durant la guerre des Cévennes.
A l’automne 1703, la domination camisarde s'est étendue sur le pays, en dépit des efforts du maréchal de Montrevel, engagé dans une politique de terreur qui croît avec son incapacité.
Impatient de gagner la guerre, le maréchal rationalise la violence contre le petit peuple cévenol en développant un concept stratégique nouveau. Il décide la désertification des campagnes et l'enfermement des populations dans les villes.  Le bourg de Saint Jean de Gardonnenque est   appelé à jouer un rôle logistique essentiel dans la mise en place de cette stratégie nouvelle.


Place Carnot, le Temple
Sur cette place se trouve le temple. Il fut construit sur les plans d'un architecte d'Alès, M. Renoux, avec une façade néoclassique et sur un terrain acquis à cet effet en 1820.
L'édifice terminé fut consacré le dimanche 27 avril 1827.

Avant sa construction, la communauté réformée se réunissait dans une propriété privée jouxtant la place d'Armes appelée "Le Pavillon".
 

Cette fresque comprend:
- un sujet central qui reproduit très exactement l'insigne de reconnaissance de ce qui est aujourd'hui la Fédération des Eclaireuses et Eclaireurs Unionistes de France.

- quatre "tableaux" comprenant chacun quatre logos soit seize motifs sigificatifs.

Inspiration du scoutisme (tableaux "haut-gauche")

Pendant la première période le mouvement s'est largement inspiré des qualités et des vertus de personnages mythiques:

1- Le Chevalier: pour la loyauté, le courage, la protection du faible.

2- L'Indien: pour l'aptitude à vivre dans la nature et à connaître tous ses éléments.

3- L'Artisan: pour l'acquisition de compétences dans la perspective d'une oeuvre à accomplir.

4- L'Athlète: pour le développement d'un corps sain par la pratique d'activités physiques.
Insignes de reconnaissance (tableaux "bas-gauche")

5- De sa création, en 1911, jusqu'en 1940, le coq sur la banderole "Sois-Prêt" a été l'insigne général des Eclaireurs Unionistes. Il a disparu en 1940 .

6- De 1940 à 1970 l'insigne général des E.U est une croix fleurdelysée sur un écu ayant à sa base une banderole qui porte la devise du mouvement: "Sois-Prêt". La croix est l'emblème chrétien, la fleur de lys est l'insigne mondial du scoutisme.

7- A côté de cet insigne général il existait des insignes particuliers notamment pour les louveteaux...
8- ...et les routiers.
Les idéaux et les valeurs (tableaux "haut droit")
Ils ont un fondement:

9- La lecture de la Bible

10- Rappelée par la symbolique du salut scout.

11- Exprimée par une poignée de main.

12- Evoquée par le noeud de la B.A.

Les activités de base (tableaux "bas-droite")
13- Un sapin suggère que les activités du mouvement sont largement orientées vers la vie dans la nature, son respect.

14- Les deux outils simples rappellent la pratique d'activités qui développent l'habileté manuelle et les facultés créatrices.

15- Masques et notes évoquent l'intérêt pour toutes les formes d'expression artistique.

16- Un pagayeur indique une très large pratique du sport et de toutes les activités physiques.
Le jeu qui entre pour une large part dans la pratique de la pédagogie scoute n'est pas ici rappelé par un logo. C'est la conception même de cette fresque qui le suggère.

visite de St-Jean-du-Gard - texte écrit et dit par Nelly DuretLe Monument aux Morts
A proximité du temple, le Monument aux Morts est l'oeuvre du sculpteur Carli. Il témoigne de la lourde contribution des Cévennes comme de l'ensemble de la France rurale à l'hécatombe de la Grande Guerre.  
 

Le Pont Vieux
A l'extrémité de la place se trouve le Vieux Pont (I.M.H.).
Cesuperbe ouvrage d'art à six arches, en dos d'âne fut construit en 1733. Il fut souvent endommagé par les crues: 1736, 1739, 1741.

En 1742 on lui substitua un pont de bois. Ce dernier rendu inutilisable, le pont de pierres fut rétabli en 1754-1755.
Au cours de la crue de 1958 il fut emporté et reconstruit à l'identique en 1961 par l'entreprise Ruas.

Par la rue Pelet de la Lozère, anciennement Chemin neuf (car ouvert entre 1747 et 1749 pour relier l'Esplanade au nouveau pont sur le Gardon), on atteint la Place de la Révolution.
 

l'Hôtel de VilleL'Hôtel de Ville
Faisant angle avec la Grand'Rue, c'est l'Hôtel de Ville avec sur la porte d'entrée les armoiries de la ville surmontées de la devise: "Al sourel de la liberta": au soleil de la liberté.

visite de St-Jean-du-Gard - texte écrit et dit par Nelly Duret Le Château de Saint-Jean
Ce qui aujourd'hui constitue le départ de la rue Pelet de la Lozère est l'emplacement de l'ancien temple de St-Jean. Construit entre 1560 et 1565 il fut détruit à la veille de la révocation de l'Edit de Nantes en 1685.
Il était adossé au château de St-Jean. Le seigneur du lieu avait fait percer une fenêtre dans le mur mitoyen, ce qui lui permettait, ne pouvant plus sortir, d'assister au prêche depuis sa chambre.
le Château

visite de St-Jean-du-Gard - texte écrit et dit par Nelly Duret L'Eglise Catholique
En face du château se trouve l'église catholique construite après la révocation de l'Edit de Nantes avec les matériaux du temple que l'on venait de détruire. La cloche changea d'édifice et après avoir convié au prêche les habitants, elle les appela à la messe. On peut voir contre le mur d'enceinte du château, derrière le poids public, les vestiges (pied droit et départ de voûte) d'une des anciennes portes de la ville.
l'Eglise Catholique
le Pont Neuf et la gare
Le Pont Neuf et la Gare
Par l'avenue René Boudon et le Pont Neuf (d'où l'on a une belle vue sur le Pont Vieux), on accède à la gare. Le tronçon de ligne de chemin de fer d'Anduze à St-Jean-du-Gard fut achevé en 1909.

Il renforça le rôle économique de St-Jean au confluent de la vallée Borgne et de la vallée Française. Aujourd'hui, cette ligne est animée par un train touristique à vapeur fort pittoresque.

le Club Cévenol 
Le site du Club Cévenol

Ce document a été réalisé avec l'aimable autorisation
du Musée des Vallées Cévenoles, à l'aide d'extraits de l'ouvrage :
"St-Jean-du-Gard, Sentiers de Petite Randonnée".

accueil
S'organiser
Se balader
Se cultiver
Sortir
S'éclater
Envies en vrac
Le coin des Kids
 
Hébergement
Restauration
Animations
Histoire & Patrimoine
Nature & terroir
Artisans & commerçants
Associations
Sites touristiques
Adresses utiles
 
nous écrire par courriel @
ou Cévennes Tourisme
10 rue Olivier de Serres
30270 Saint-Jean-du-Gard
 
 
 
 
 
Mentions légales
 
Piccel-réalisations © 2015